La selva et ses mysteres

Arrivés à Santo Tomas avec nos amis marseillais le dimanche 8 mars au matin, nous prenons possession de la maison auprès de Gladys, la voisine qui nous remet les clefs. Une belle maison tout en bois, à deux étages, avec une grande cuisine ouverte sur le salon, et un balcon où nous avons passé d´agréables soirées. Bref, un super plan (Merci Elodie et Anthony!), loin du bruit et de la pollution d´Iquitos (la seule grande ville de la région, point de départ et d´arrivée de tous les visiteurs)

SAM_1504 DSC_4983

Pendant une dizaine de jours, on a profité de cette agréable maison (on a très bien mangé grâce à nos amis qui sont d´excellents cuisiniers) et surtout des environs.

DSC_4786 DSC_4987

DSC_4991 SAM_1847

Le bras du Rio Nanay qui coulait au fond du jardin s´est avéré un endroit sympathique pour pêcher et se baigner (malgré les craintes de croiser un piranha ou un anaconda!).

SAM_1554 SAM_1531

Avec Victor, un pêcheur du village nous nous sommes éloignés des zones habitées et nous sommes enfoncés un peu plus profondément dans la jungle. Une facon plus « authentique » de découvrir la faune et la flore de la selva que de passer par une des nombreuses agences d´Iquitos proposant des tours en groupe dont les méthodes et les valeurs nous paraissaient douteuses. Deux belles marches dans la jungle pour lesquelles nous nous sommes aspergés d´antimoustique et couverts de la tête aux pieds malgré la chaleur et le taux d´humidité qui frôle les 80%, tout ca pour finir en slip, de l´eau jusqu´à la taille puisque les pluies avaient totalement inondé certains passages. Pas facile de rester serein quand on ne voit pas où on met les pieds et qu´on sait qu´à tout moment on peut croiser serpents, tarentules ou autre petit animal sympathique!

DSC_4899

Victor en slip!

DSC_4913  DSC_4914

DSC_4886-1 SAM_1861

Une nuit dans un petit village qui semblait d´un autre temps, assaillis par des enfants curieux et étonnés de nous trouver là. Ici, la pirogue et la machette sont plus essentielles que l´électricité qui d´ailleurs n´existe pas.

DSC_4817 DSC_4818

DSC_4881 DSC_4813

Un petit tour en bateau à la tombée de la nuit où les bruits de la jungle nous laissent imaginer l´incroyable vie animale.

DSC_4846 SAM_1720

SAM_1812 SAM_1753

Nous avons aussi beaucoup appris sur la médecine shamanique, une médecine traditionnelle qui date du fond des âges. Il s´agit de purifier son âme et son corps par l´absorption de plantes, notamment la très puissante ayahuasca. Le shaman guide à travers de magnifiques chants les esprits de la plante qui s´introduisent dans le corps et l´âme du patient. Ce dernier a alors des visions qui l´aident à soigner ses maux. Cette médecine, pourtant reconnue, est entourée de mystères et de mysticisme. Même si on a rencontré un shaman, on n´a pas essayé. Une prochaine fois peut-être…

Deux fois, nous avons quitté la vie paisible du village de Santo Tomas pour Iquitos. Une des seules choses qui nous aura marqué est le marché de Belen. Un endroit incroyable. On peut par exemple y acheter crocodiles, serpents, singes, iguanes, perroquets et toutes sortes de produits « thérapeutiques » à base, par exemple de graisse de boa ou de foetus d´oiseaux. La partie basse du marché abrite les habitations, des maisons flottantes ou sur piloti. On y a même vu une station essence flottante! C´est la partie pauvre de la ville. On a aussi apprécié le musée des cultures indiennes et ses info sur les rites initiatiques et les coyances des communautés d´Amazonie.

DSC_4963 DSC_4969

Mardi 17 mars, nous quittions Santo Tomas pour la frontière avec l´Equateur. Plus de 50h de transport en 5 jours! Avec de belles galères. Le top 3: Après 15h de bateau dit « rapide » (des plus inconfortables, et pourtant, on n´est pas exigeants), alors que la nuit est déjà tombée, l´embarcation s´embourbe. Des courageux, dont on ne fait pas partie, poussent l´embarcation les pieds dans la boue, pendant qu´à l´intérieur on fait balancier. Le lendemain, le même bateau tombe en panne d´essence (à quelques minutes de l´arrivée) au milieu du rio et s´échoue dans les roseaux. Et pour finir, le dernier bus, alors qu´il nous reste à peine une heure de cet éprouvant voyage, est bloqué par des éboulements. Au lieu d´arriver à Vilcabamba samedi vers 21h, nous passons la nuit dans le bus et ne repartons que le lendemain matin…

              DSC_5004      DSC_5008

Publicités

6 réflexions sur “La selva et ses mysteres

  1. Rachel dit :

    Par contre , c’est qui la meuf qu’a pas mangé depuis 2 mois et qui regarde le coucher de soleil avec Yacine? Surement encore une qu’aime pas manger du riz froid au petit déjeuner…
    Des bisous à vous deux, ça a l’air trop cool! Hate de vous voir en vrai!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s