Région d´Esmeraldas

DSC_6157Same

Après une escale à Atacamas, une station balnéaire où les équatoriens viennent faire la fête à outrance (que nous quittons au plus tôt le lendemain matin), nous arrivons à Same, un village côtier à quelques km, encore préservé… On a dans l´idée d´y passer une journée et d´en repartir le lendemain. La plage est superbe et déserte et il y règne une douceur de vivre incroyable. On est installés dans une chambre face à la mer, les pieds dans l´eau.

DSC_6146   DSC_6172

On y rencontre une bande de jeunes soixantenaires baba-cool. Xavi, notre attachant voisin catalan, un peu fantasque et passioné des langues qui vit entre l´Espagne et l´Equateur. Juan, l´argentin qui a grandi dans le quartier populaire de La Boca à Buenos Aires, venu s´installer il y a 27 ans à Same y ouvrir un bar-restau avec sa pétillante femme équatorienne. Suzannah, la belle basque qui profite de sa retraite. Gary, le prof de musique américain retraité qui improvise tous les soirs à la guitare au coucher du soleil. Max, l´espagnol mélancolique, qui vit dans l´Oriente, venu pour quelques semaines remplacer un ami. C´est eux, encore plus que le lieu, qui nous donnent l´envie de nous éterniser un peu…

DSC_6175  DSC_6165

On restera finalement 6 jours, rythmés par les baignades, les matchs de foot pour Yacine, le tennis sur la plage, les discussions avec Xavi et les soirées avec Juan, dans son bar sur la plage. En plus, on s´est régalés avec les encocados de camarones (crevettes au lait de coco) de Maria, dans son petit restau populaire et les pizzas de Juan et Max, arrosées de bière ou d´alcool de cane.

DSC_6161  DSC_6196

San Lorenzo

Lundi 18 mai, en quittant Same, on a envie d´en voir un peu plus sur cette région d´Esmeraldas qui semble tellement particulière, notamment pour ce qui est de l´atmosphère décontractée. On monte donc jusqu´à San Lorenzo à quelques km de la Colombie.

DSC_6206-1

On y restera deux jours, le temps d´apercevoir, rien de plus, que notre sentiment se confirme. C´est une région où vivent des descendants d´esclaves (amenés par des missionaires jésuites), il y fait très chaud et la ville vit aux heures fraîches du matin et de la soirée. Et, quand tout à coup il pleut, les rues sont inondées en un instant et les gens prennent littéralement leur douche sous les gouttières! C´est un autre Equateur!

DSC_6207    DSC_6227

DSC_6228-1    DSC_6222

DSC_6217

Très proche de la Colombie, on se renseigne sur la dangerosité (extreme pour certains, minime pour d´autres, de ce qu´on a entendu) du passage de frontière par la mer. Une barque peut nous y amener en 1h30. Mais la guérilla contrôle toujours cette région de Colombie et il est préférable de revenir à Ibarra, dans la Cordillère du nord.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s